Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2021 1 24 /05 /mai /2021 06:30

Entre 2 broderies, j'ai réalisé ces 2 grigris cactus et lama issus d'un kit de création D.I.Y. with TOGA.

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 06:30
Recto

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moi qui suis amatrice de thé, je ne pouvais pas passer à coté de ce kit de customisation Simply MAKE de West Design.  Dans ce kit, étaient fournies 2 tasses en céramique blanche et 3 planches de transfert.

Comme je n'ai pas utilisé tous ces derniers, il y a de fortes chances que vous revoyez d'autres objets avec la même technique !

Partager cet article
Repost0
16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 08:45
Recto
Verso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que dire de cette trousse "Baigneuses" de Mademoiselle TOGA ? Qu'elle a été très facile à réaliser puisque la trousse était déjà cousue ! Il suffisait, d'un coup de fer à repasser, de transférer les motifs thermocollants sur la trousse puis de nouer les 2 rubans et le pompon sur la tirette de la fermeture éclair.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 06:00

Peu de temps avant Pâques, j'ai retrouvé dans mon stock ces 2 boîtes en forme de têtes de lapins et des serviettes en papier sur fond jaune.

J'ai donc peint mes 2 boîtes en jaune avant d'y coller et vernir mes lapins de papier.

Ensuite, je les ai garnies de petits oeufs en chocolat avant de les offrir à mes enfants.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 09:00

J'avais commandé ce Teddy Bear de KidzMaker lors d'une vente de loisirs créatifs sur Veepee. Ma fille le trouvait très mignon. Et son penchant s'est confirmé lorsque je l'ai brodé. Il sera donc pour elle.

Parmi les points utilisés : point avant, point arrière, point de satin, point zig-zag, point zig-zag élargi, point de feston, point de chaînette, point de croix et pour le contour un point de sellier.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 07:00

Encore un kit importé par Gers Equipement et trouvé dans mon supermarché. !

 

​​​​​​Carte d'identité

Fruit exotique, l’ananas a longtemps été considéré comme un bien rare et précieux. On le trouve aujourd’hui facilement sur les étals toute l’année. Sa richesse en vitamines participe à votre tonus au quotidien.

  • Un ananas pèse 1,8 kg en moyenne. Ce curieux fruit allongé couvert de motifs hexagonaux est surmonté d’une belle couronne de feuilles vertes et brillantes. La couleur de sa peau peut aller du vert à l’ocre, en passant par le rose. Sous cette écorce épaisse, la chair jaune dorée possède une saveur douce.
  • Sur les étals toute l’année, l’ananas est très riche en vitamine C, indispensable pour le tonus. Et même s’il paraît très sucré, son apport énergétique est limité, permettant d’en faire un allié forme au quotidien !
  • Facile à marier, sa saveur s’intègre à de nombreuses recettes salées comme sucrées. Il est aussi délicieux nature avec sa chair parfumée et juteuse.
  • Il faut compter 2 années de culture avant de récolter l’ananas.
  • Longtemps considéré comme un fruit exotique rare, l’ananas a su se faire une place à la table des Français métropolitains.
SEPT.
OCT.
NOV.
DÉC.
JANV.
FÉVR.
MARS
AVR.
MAI
JUIN
JUIL.
AOÛT
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Pleine saison PLEINE SAISON  
  • Disponible DISPONIBLE 
  • Indisponible INDISPONIBLE

Production (à destination du frais, hors transformation)

  • France : 26 370 tonnes [1]

dont :

- 01 - Guadeloupe 2 308 tonnes

- 02 - Martinique 618 tonnes

- 03 - Guyane 6 998 tonnes

- 04 - La Réunion 14 280 tonnes

- 06 - Mayotte 2 175 tonnes

- Guyane : 27%

  • Europe : 46 342 tonnes [2]

La France est le 1er producteur européen d'Ananas, suivi par le Portugal.

Consommation [3]

L'Ananas est le 13ème fruit le plus consommé en France.

 

[1] Production française à destination du frais en tonnes : source Agreste – SAA, moyenne 2015-2017
[2] Production européenne en tonnes : source Eurostat, moyenne 2014-16
[3] Kantar Worldpanel - Moyenne 2012-2014
[4] Achats ménages (quantités achetées / ménage en moyenne (KILOS)) : source Kantar Worldpanel, moyenne 2015-17

 

Issu de la famille des broméliacées, l’ananas possède une forme qui ne laisse pas indifférent. Tout simplement parce qu’il ne suit pas le classique schéma de la fleur qui s’épanouit en fruit. L’ananas est en réalité une inflorescence en épi dense, qui devient plus charnue après fécondation. L’ananas n’est donc à proprement parler pas un fruit, mais des fruits, soudés entre eux par un axe central, le cœur.

S’il existait autrefois plus d’une centaine d’ananas différents, cette diversité s’est resserrée commercialement au profit de 5 grandes variétés : le Cayennele Queenle Caraïbel’Abacaxi et le Victoria.

Le Cayenne (ou Cayenne lisse)

  • Robe : des feuilles lisses, sans piquants, surmontent ce beau fruit de 2 à 4 kg ; une fois le fruit mûr, la peau prend une teinte orangée.
  • Production : l’ananas le plus cultivé du monde est un natif du Venezuela, introduit et multiplié à Cayenne dès 1820.
  • En bouche : sa chair jaune pâle est très juteuse, dégageant des goûts à la fois sucrés et acides en bouche.

Le Queen (appelé Victoria à la Réunion)

  • Robe : l’ananas Queen se reconnaît grâce à ses hexagones proéminents de couleur dorée et à sa petite taille.
  • Production : un peu moins répandue mais très appréciée, cette variété s’épanouit sous le soleil de l’île Maurice, de la Réunion, d’Afrique du Sud, du Kenya et de l’Australie ; elle atteint sa maturité vers décembre/janvier.
  • En bouche : jaune prononcé tendant vers l’orangé, le goût inimitable de sa chair colorée est parfaitement équilibré, sucré et peu acide.

L’Abacaxi (ou Abaka)

  • Robe : de forme conique, il se reconnaît grâce à ses petits hexagones en relief et sa peau jaune et verte ; sa peau fragile dissimule une chair blanche.
  • Production : cette variété a été développée au Brésil et en Afrique occidentale

Le Perolera

  • Robe : fruit cylindrique à peau jaune rougeâtre prononcé.
  • Production : Colombie, Equateur et Pérou, principalement.
  • En bouche : chair opaque jaune à jaune pâle, moins acide et moins sucrée que celle du Cayenne lisse.

Tous ces fruits se dégustent aussi bien à la croquequ’en jus ou en salade, en tarte ou en confiture.

 

Ayez confiance en vos sens pour choisir un bon ananas. Le poids, l’odeur, l’apparence de ce drôle de fruit exotique vous guideront et vous aideront à le sélectionner. 

TROUVER LE BON PRODUIT

Voici quelques conseils utiles pour juger la qualité de l’ananas que vous souhaitez acquérir :

  • Soupesez et sentez-le : il doit être lourd et parfumé.
  • Les feuilles de sa couronne doivent être d’un vert bien franc et d’apparence vigoureuse. Pour juger de la maturité d’un ananas, vous pouvez tirer sur une de ces feuilles : si elle vient facilement, l’ananas est mûr à cœur.
  • La couleur n’est pas un critère de choix, elle dépend surtout de l’origine géographique du fruit.
  • N’hésitez pas à l’examiner « sous toutes ses coutures ». L’ananas, malgré son apparente robustesse, est sensible aux coups. Vérifiez donc que sa robe ne comporte aucune tache ou meurtrissure.
 
au frais
… ET BIEN LE CONSERVER

L’ananas, comme beaucoup d’autres fruits exotiques, ne supporte pas les températures inférieures à 8°C. Préférez donc au réfrigérateur un compotier laissé à l’air ambiant dans la cuisine. Il se conserve environ 6 jours.

Pour accélérer sa maturité, procédez de la même façon que pour  l'avocat : enveloppez votre ananas dans du papier kraft.

 

La technique de découpe de l’ananas est toute simple et ne demande que peu d’efforts pour se régaler de sa pulpe douce et légèrement croquante. Vous pouvez la poêler ou l’intégrer telle quelle à toutes vos préparations, auxquelles elle donnera une petite touche exotique agréable.

EN UN TOUR DE MAIN

Il existe plusieurs techniques pour découper un ananas. Voici quelques conseils pour déguster et vous régaler d’un bel ananas sucré et juteux à souhait :

  • La découpe à la pirogue :
    • Coupez l’ananas en 4 parts égales dans le sens de la hauteur. Retirez le cœur, trop dur, et séparez la pulpe de son écorce (un peu comme pour manger un melon
  • Le trancheur à ananas :
    • Cet outil permet d’extraire d’un seul geste la pulpe de l’écorce, tout en évidant le cœur et en réalisant des tranches. Cet appareil fait néanmoins perdre un peu de chair pendant la découpe.
LES MODES DE CUISSON
Poêle / wok

S’il se consomme le plus souvent à la croque ou intégré cru aux préparations, l’ananas peut aussi se poêler. Faites-le revenir dans un fond de beurre ou d’huile d’olive jusqu’à sa légère caramélisation.

MARIAGES ET ASSORTIMENTS

Avec ses notes acidulées et douces, l’ananas intègre parfaitement des recettes à base :

  • de fruits exotiques et/ou hivernaux : kiwi, orange, banane, citron vert..

Ou s’agrémente avec :

  • des épices (gingembre),
  • des herbes aromatiques (coriandre, citronnelle),
  • du miel,
  • du lait de coco.
SUR LA BALANCE

ananas balance

 

L’histoire de l’ananas est celle d’un voyage. Originaire du Paraguay, l’ananas a migré vers le nord avec les Indiens, avant de gagner l’Amérique centrale et les Caraïbes. Ce sont d’ailleurs les Indiens Guarani qui baptisèrent le fruit ananas : nana signifiant "le fruit", mais aussi "excellent" et "parfumé" !

UN PEU D'HISTOIRE

C’est Christophe Colomb qui remarqua l’ananas en Guadeloupe, en 1493. Il faudra alors attendre près de 40 ans pour que le fruit exotique soit présenté à la cour d’Espagne.

Un privilège réservé aux aristocrates

Débute alors la culture sous serre de l’ananas en Hollande, en Grande-Bretagne et en France. Le succès est tel qu’il devient le fruit exotique le plus cultivé en Europe ! Mais il n’en reste pas moins confidentiel et réservé aux tables royales.

Le fruit du succès

À la fin du XVIIe siècle, l’ananas est tellement apprécié que les importations supplantent les serres. Malgré tout, il ne garnit les tables et les étals qu’à de rares occasions, et ce jusque dans les années 1980. Le développement du transport par avion et l’engouement pour les produits exotiques a considérablement démocratisé l’ananas, devenu  un produit de consommation courante.


Bon à savoir
LE SAVIEZ-VOUS ?
  • Le premier ananas cultivé en terre royale d’Angleterre reçut les plus grands honneurs. Lorsqu’il fut présenté au roi Charles II, l’événement fut jugé assez important pour être représenté en peinture. L'œuvre resta longtemps exposée au Victoria and Albert Museum de Londres.
  • Louis XIV fit planter des ananas sous serre au château de Choisy-le-Roi pour satisfaire le bon plaisir de sa maîtresse Madame de Maintenon.

L’ananas pousse dans les contrées chaudes de l’hémisphère sud. La culture de ce fruit exotique demande un savoir-faire unique : la plante doit être fécondée puis récoltée au bon moment pour garantir toute sa saveur.

CHEZ LE PRODUCTEUR
  • L’ananas est une plante mesurant entre 1 et 1,2 m de hauteur. Elle produit un fruit unique qui donne, 6 à 8 mois plus tard, des « rejets » qui seront utilisés pour de nouvelles plantations.
  • Une fois les rejets plantés à raison de 50 à 70.000 plants par hectare, les sols sont fertilisés pendant 8 mois pour garantir la croissance de la plante.
  • L’inflorescence arrive après fertilisation par dépôt d’hormone au cœur du plant ; elle produit plusieurs centaines de petites fleurs bleues.

Une fois le fruit complètement mûr, après 12 à 15 mois, vient la période de la récolte. Si elle est trop précoce, l’ananas sera sans saveur et exempt d’arôme ; trop tardive, le fruit commencera à fermenter. 

UN PEU DE BOTANIQUE

Nom scientifique : Ananas comosus

  • Division : Magnoliophyta
  • Classe : Liliopsida
  • Sous-classe : Zingiberidæ
  • Ordre : Bromeliales
  • Famille : Bromeliaceæ

Source : les fruits et légumes frais

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 06:30

Pour cette 4ème étape de son SAL, Cuoreditela nous a demandé de broder les roses de droite.

Mais, car il y a un mais, alors que j'avais sciemment décalé les roses de gauche vers le bas pour centrer l'alphabet, j'ai oublié de faire de même avec celles de droite ! Ne voulant pas tout défaire, il va falloir que je ruse pour équilibrer mon dessin final.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 05:45

J'avais trouvé dans mon supermarché ce kit mporté par Gers Equipement. Mais après l'avoir brodé, mon flamant rose se sentait un peu seul au milieu de sa toile. Du coup, j'ai collé des boutons brins d'herbe et papillon, histoire de remplir l'espace.

Et broder ce flamant rose, m'a donné envie d'en savoir plus au sujet de cet échassier.

Le flamant rose, le plus connu des échassiers

Perché sur de hautes pattes et doté d’un long cou, l’oiseau se distingue surtout par une couleur qui le rend unique. Impossible de confondre le flamant rose avec une autre espèce. Portrait d’un élégant échassier qui doit sa teinte à son alimentation.

Le flamant rose, le plus connu des échassiers

Camaïeu de rose pour l’échassier

Le flamant rose (Phoenicopterus roseus) est un oiseau échassier appartenant à la famille des Phœnicoptéridés. Munis d’un long cou, les échassiers empruntent leur nom à leurs grandes pattes rappelant des échasses. Le flamant rose possède un corps entièrement teinté d'un blanc rosâtre plus ou moins prononcé. Sa couverture alaire présente très fréquemment une coloration rouge corail tandis que les rémiges sont noires. Le juvénile arbore un corps blanc avec une tête grise et des ailes sombres. Unique dans le monde ornithologique, son bec épais et courbé permet la filtration de l'eau et de la vase grâce aux fines lamelles recouvrant les bords et la partie interne des mandibules. Le flamant rose mesure de 120 à 145 cm de long pour une envergure de 140 à 165 cm. Son poids est compris entre 2 kg et 4 kg.

Pourquoi le flamant rose est-il rose ?

C’est vers l'âge d’un an que le rose apparaît pour se généraliser sur tout le corps à partir de trois ans. L’observation de flamants roses vivant en captivité et dont le plumage devenait gris a permis de déduire que l'échassier n'était pas capable de produire lui-même le colorant. Des études ont alors établi que l’élément colorant (astaxanthine) se trouvait dans l’alimentation de l’oiseau et plus précisément dans une microalgue des marais salants (la Dunaliella salina) ainsi que dans la crevette Artémia salina dont raffolent les flamants roses. L’astaxanthine, molécule appartenant à la famille des caroténoïdes (pigment que l’on retrouve dans les carottes) confère également la couleur rosâtre à de nombreuses autres espèces : l’ibis rouge, le crabe, le homard, l’écrevisse, la langouste, le saumon ou encore la daurade.

Son habitat ne manque pas de sel

L’aire de répartition du flamant rose s’étend du sud de l’Europe à l’Asie du Sud-Est et de l’Afrique à l’Amérique centrale. Les populations nicheuses européennes se trouvent principalement en Espagne, en France, en Turquie, en Italie, en Azerbaïdjan et sur l'île de Chypre. Avec la Camargue, la France dispose du principal site de reproduction de Méditerranée occidentale en accueillant chaque printemps jusqu'à 50 000 spécimens. L’oiseau côtier fréquente les marais salants, les lagunes, les estuaires et d’une manière générale, les plans d'eau (comme les lacs intérieurs) non soumis à l'influence des marées et à condition qu’ils soient peu profonds et salés. Le flamant rose se reproduit dans les vasières, sur les bancs de sable ou les plages ouvertes.

Vie communautaire pour le flamant rose

Le flamant rose est un oiseau sociable et grégaire dont la vie se place sous le signe de la communauté. Les échassiers se regroupent par centaines ou milliers d'individus sur les sites de nourrissage ou de nidification. Pour migrer, les oiseaux constituent généralement des groupes plus ou moins lâches qui volent lentement et en file indienne avec le cou et les pattes tendues. Au regard de son poids et surtout de sa taille, le flamant rose doit courir pour atteindre la vitesse nécessaire à son décollage. Au repos, il se tient souvent sur une patte comme les cigognes et passe la plupart de son temps à se nourrir et à lisser son plumage.

Les crèches des petits flamants roses

Chez le flamant rose, les parades nuptiales se déroulent de la fin de l’hiver jusqu’au début du printemps. Formant parfois des colonies de plusieurs milliers d'individus, les couples se rassemblent sur le site de nidification et les pontes commencent début avril pour s’étaler jusqu’à fin mai. Le nid se compose d’une coupe en terre sommaire bâtie sur un petit monticule vaseux dans lequel la femelle dépose un œuf unique couvé alternativement par les deux parents pendant un peu plus d’un mois. Les jeunes quittent le nid au bout d'une dizaine de jours et sont rassemblés et nourris dans des sortes de crèches collectives surveillées par les adultes. Les juvéniles prennent leur premier envol vers trois mois et atteignent leur maturité sexuelle à l’âge de trois ans environ.

Population stable pour le flamant rose

Quand ils sont regroupés, les flamants roses adultes connaissent peu d'ennemis. Seuls les sujets rendus faibles par la maladie ou une blessure, ainsi que les œufs et les jeunes sont attaqués. Parmi leurs prédateurs figurent les aigles, les goélands et le marabout, un très grand échassier vivant sous les latitudes tropicales. Le flamant rose craint aussi le froid qui peut l’emprisonner dans une eau gelée ou raréfier sa nourriture. En préservant ses zones humides de l’asséchement, l’Europe bénéficie de populations de flamants roses stables. L'oiseau, protégé en France, est classé en Préoccupation mineure par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’espèce n’est pas considérée comme menacée.

Source : Le mag des Animaux

Partager cet article
Repost0
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 07:00

Une petite récréation entre 2 étapes d'une broderie plus imposante : ce petit chat importé par Gers Equipement et trouvé dans mon supermarché.

Comme il me restait pas mal de fils, je lui ajouté un pompon et lui ai collé une attache au dos pour le suspendre,

Partager cet article
Repost0
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 07:15

Lorsque j'ai vu le Petit Chaperon Rouge d'Ellen Baker de THE LONG THREAD, il m'a de suite fait pensé à une matriochka. Ayant toutes les fournitures en stock, je m'y suis attelée.

Quelques déboires plus tard notamment au moment de la couture de la dentelle, la voici.

 

Partager cet article
Repost0